Beirut Celebrates Christmas 2010

December 10, 2010  

Posted by in Events, Featured, News, Photo Gallery, Videos 

9 responses 

 

Beirut city celebrates the start of the Christmas season with an explosion of lights and colors. A Christmas Parade followed by the illumination of a wondrous Christmas tree, marked the launch of the 2010 festivities in Beirut Central District.

The parade started at Beirut Souks through Souk Al Arwam, Al Ajami Square, Souk Al Tawileh, Zawyat Ebn Irak Al Dimashki, Wegan Street, Patriarch Howayek Street, Mir Majid Erslan Avenue, Allenby Street, Fakhry Bei Street and ended at the Tarablous Street in Beirut Souks where the central Christmas tree was illuminated.

The huge tree, decorated with shimmer and silver ornaments stands tall in front of old heritage building in souks. The building behind the tree has also been decorated with little Christmas trees. Everywhere you look, you feel the Christmas spirit.

Prime Minister Saad Hariri inaugurated the festivities surrounded by international media who came all the way to record this momentous event in history. Other officials included Minister of Tourism, Fadi Abboud as well Director General of Ministry of Tourism, Nada Sardouk as Miss Lebanon 2010 Rahaf Abdullah. The management of Solidere were also present on the countdown that lit up Beirut city with the Christmas spirit.

Families, including children, were fascinated by this once in a life time event that included beautiful dance shows and an amazingly ongoing show of fireworks leaving everyone in awe. As if this was not enough to keep everyone happy, the event included a marching band, Santa float, giant flags, Mini Studio Characters and much more surprises.

If you were not part of the event, make sure to head down as soon as you can. Grab your friends, kids and of course your cameras…

Merry Christmas!

 

9 Responses

  1. Dave December 10, 2010

    I think this is the best christmas decoration in the world !

     
     
  2. Nadine Kahil December 10, 2010

    Wow!

     
     
  3. ziad December 10, 2010

    then you haven’t seen the Champs-Élysées in Paris :P

     
     
  4. anthony December 10, 2010

    We should be positive, We should believe in our country.
    I am happy that we have reached that level, and next year will be netter, and the year after more and more.

     
     
  5. JackMartinos December 11, 2010

    Huge improvement,please beleive in Lebanon guys !

     
     
  6. Leila December 12, 2010

    this is just exquisite!!! soooo beautiful

     
     
  7. Rita D. December 12, 2010

    GORGEOUS!!! beirut in all its glory!!

     
     
  8. gaj December 13, 2010

    wow.. very nice… lebanon was the third country for decorations last year maybe we’ll do numero uno this year.. :P
    anyone editing a video for this?? cz i would love to see one if there is.

     
     
  9. anthony December 13, 2010

    Les portraits, immenses, sont d’un autre temps, entre Renaissance et orientalisme. Les visages d’une beauté époustouflante et la scénographie étonnante. La nouvelle exposition de Roger Moukarzel, « Jamãl »*, jusqu’au 21 décembre, d’une belle maturité, va longtemps hanter les Souks de Beyrouth.

    Impatient, même si apparemment froid, perfectionniste, professionnel et… fou, le très talentueux Roger Moukarzel, qui ne peut rester sans rien faire, fait toujours à sa tête.
    Et sa tête est pleine d’idées, d’images, de projets différents qui le chatouillent sans arrêt. Après les portraits « sur commande » réunis dans le livre Creative Lives (éd. Turning Point), paru en décembre dernier, après l’exposition « Vents d’est, vents d’ouest », qui s’est tenue en mai à la galerie Alice Mogabgab, l’artiste revient à ses premiers amours, la photo en studio.
    Dans cette exposition baptisée « Jamãl », pas de beautés artificielles, de regards hésitants, de maladresses, de photos qui dénoncent, qui interrogent, qui démontrent. Le modèle a de la présence, une personnalité, souligné par une lumière qui le caresse et l’illumine. Il comble l’image, puis le cadre, puis les murs de l’exposition, même dans un espace grandiose de 1 300 m2, comme c’est le cas de la « venue » des Souks de Beyrouth qui accueille l’événement. La maîtrise du photographe, elle, est flagrante.

    Des portraits tels des toiles de maîtres
    Vendredi 10 décembre, 18 heures. Le voile est levé sur l’exposition, dans une pénombre à la fois sensuelle et envoûtante. Très vite, le visiteur est happé par cet exercice de style. Par l’espace, immense, inachevé, sublimé par les photos de Moukarzel et la scénographie de Maia Tabet, jouant à l’extrême la carte de l’orientalisme, dans la décoration des niches, le choix des cadres et l’accrochage. « Ce projet, en collaboration avec Solidere, qui aurait eu besoin d’un an de préparation, a été fait dans l’urgence, confie Roger Moukarzel, épuisé par trois semaines de nuits blanches. Il a été possible uniquement grâce à l’équipe de Minime Production qui m’entoure et la société Print Works, investie à fond, qui s’est chargée de l’impression des photos, de la création des encadrements et des niches où seront placées ces derniers. J’avais envie, poursuit-il, de mettre en scène et de saisir des visages intéressants, avec un caractère déterminé, beaux ou moches, ce n’était pas important, et de les fondre dans une ambiance orientaliste. » Il décide des accessoires à utiliser, les fait exécuter par des professionnels, s’entoure de maquilleurs talentueux et se lance. « Je me suis un peu jeté dans le vide, poursuit-il. Mais le défi m’intéressait. » Les visages, des inconnu(e)s, des connaissances, se livrent au jeu. Le photographe improvise en fonction de la physionomie, de la pose et de sa propre inspiration. Créant une lumière traditionnelle ou d’ambiance, il a su tirer de chaque modèle le meilleur, ce qu’il voulait, dans le thème désiré. « Le délai était pourtant très serré entre le choix final des clichés et la mise en place. »
    L’espace, immense, et pourtant étonnamment intime, est habité par cette quarantaine de personnages, inconnus, abandonnés à l’objectif de Moukarzel. Dans cette ambiance feutrée, presque ambiguë, la visite de l’exposition ressemble à une invitation personnelle à pénétrer le monde de l’artiste. Les photos, tant dans la composition que dans la pose et l’éclairage, sont autant de tableaux d’un classicisme à la fois austère et revisité.
    Les Souks de Beyrouth, avec ce lieu inattendu à vocation culturelle et la présence de ces êtres venus d’un autre temps, risquent d’en perdre la tête. Du moins jusqu’au 21 décembre…

    *L’exposition de Roger Moukarzel sera ouverte au public de 14 heures à 21 heures et sur rendez-vous, mettant en avant des ateliers, des séances de photos, des portraits et des démonstrations en direct. Les visiteurs de l’exposition pourront y accéder à travers la rue du Patriarche Hoyek ou le Souk Arwam.

     
     

Leave Your Response


*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Read NextX

First Time in Lebanon: Air Pollution Study

December 10, 2010